Gare aux courtiers fantômes

Voici Martine*. Martine a acheté une voiture et avait donc besoin de souscrire une police d’assurance automobile. Après avoir effectué quelques recherches sur Google, Martine est tombée sur une annonce de Frédéric* dans les médias sociaux se vantant de vendre des polices d’assurance à « très bon prix ». Elle l’a donc appelé pour s’assurer. Frédéric lui a posé plusieurs questions, notamment pour obtenir ses informations personnelles et son historique de conduite. Martine a accepté de payer Frédéric par virement électronique mensuel. Plusieurs mois plus tard, Martine a un accident de voiture. Elle appelle alors la compagnie d'assurance, qu'elle croit être la sienne; or celle-ci l'informe qu'elle n'a aucune trace d'elle dans son système. Martine s’est demandé comment cela était possible, puisqu’elle a payé ses primes d'assurance à temps tous les mois.

Martine a malheureusement été victime d'un « courtier fantôme ».

Qu’est-ce qu’un courtier fantôme?

Les courtiers fantômes se font passer pour des courtiers d'assurance et interagissent frauduleusement avec le public en prétendant vendre des produits d’assurance. Ils escroquent purement et simplement les gens en faisant croire qu'ils vendent des polices d’assurance alors qu'ils ne représentent aucune compagnie d'assurance. Malheureusement, ce type de fraude a laissé des personnes bien intentionnées, comme Martine, penser qu'elles étaient assurées, alors qu'elles ne l’étaient pas.

Si vous êtes victime d’une telle escroquerie, non seulement vous n’êtes pas assuré, mais vous pouvez perdre des centaines, voire de milliers de dollars, et être vulnérable sur le plan juridique. En voici un premier exemple : au Canada, le propriétaire d’un véhicule automobile doit souscrire une assurance responsabilité civile – le défaut d’en souscrire une l’expose à d’importantes conséquences juridiques. Deuxième exemple : les créanciers hypothécaires demandent souvent aux propriétaires immobiliers de souscrire une assurance habitation, de sorte de couvrir pleinement leurs actifs en cas de sinistre.

Les courtiers fantômes peuvent également fournir des documents semblant authentiques et légitimes, y compris une police d'assurance et un certificat d’assurance (couramment désigné par « carte rose »). Ce certificat comporte votre nom, votre adresse postale, les informations sur le véhicule, le nom de la compagnie d’assurance et des renseignements sur la police. Malheureusement, ce document peut être un faux.

Comment vous en protéger?

Lorsque vous souhaitez vous assurer, il est important de s'adresser à un professionnel de l'assurance dûment agréé et qualifié pour vendre des assurances. Ne souscrivez une assurance qu'auprès d'un cabinet de courtage ou d'un agent en qui vous avez confiance. Pour vérifier si un courtier détient un permis, consultez l'organisme de délivrance des permis de votre province. Le site Internet de ces organismes comporte souvent une fonction de recherche permettant de le vérifier. Vous pouvez également demander au courtier ou à l'agent son numéro de permis et en vérifier la validité sur le site Web de l'organisme d'attribution des permis.

Pour trouver un cabinet de courtage de confiance travaillant pour le compte d’Aviva, cliquez ici.

Si vous soupçonnez quelqu'un d’être un courtier fantôme ou si vous avez vous-même été victime d'un courtier fantôme, signalez-le immédiatement à la police ainsi qu’au Bureau d'assurance du Canada (BAC) au 1 877 IBC-TIPS (1 877 422-8477).

Si vous pensez avoir été victime d'un courtier fantôme qui se fait passer pour un courtier d’Aviva Canada, veuillez nous le signaler ici.


*Le nom des personnes citées est fictif et n’a été utilisé qu’à des fins d’illustration.

 

Les informations contenues dans le présent article sont données à titre d’information seulement et ne sauraient se substituer à l’avis de professionnels et d’experts. Aviva Canada décline toute responsabilité quant aux mesures prises sur la foi d’informations y figurant.