Les sinistres les plus fréquemment déclarés par les propriétaires de chalets (et comment les éviter).

Comme la plupart des Canadiens, vous chérissez le temps que vous passez à votre chalet. C’est l’endroit idéal pour décrocher du quotidien, prendre l’air et profiter aussi bien des moments en solo que de la visite de parents et d’amis.

La dernière chose que vous souhaitez devoir faire est de présenter une demande d’indemnité à votre assureur. La meilleure façon d’éviter que des dommages causés à votre chalet n’empiètent sur votre temps consiste à prévenir la survenance de problèmes.

Nous nous sommes entretenus avec Shawn Mckone, directeur principal du service d’indemnisation Risques spécialisés à Aviva, pour savoir quels sont les quatre types de sinistres les plus fréquemment déclarés par les propriétaires de chalets – et ce que vous pouvez faire pour les éviter.

L’eau

Les dégâts d’eau sont la principale cause de la plupart des demandes d’indemnité présentées à Aviva. M. Mckone affirme que les dommages résultent généralement de l’écoulement de diverses eaux d’un système de plomberie ou d’infiltrations de l’extérieur résultant d’un phénomène météorologique. M. Mckone affirme que les dommages résultent généralement de l’écoulement de diverses eaux d’un système de plomberie ou d’infiltrations de l’extérieur résultant d’un phénomène météorologique.

« Les dommages causés par l’eau sont plus problématiques lorsqu’ils surviennent dans des résidences secondaires, car ces dernières sont généralement inoccupées pendant de longues périodes. Si un tuyau se brise en plein hiver et que trois mois s’écoulent avant que vous ne vous rendiez à votre chalet, vous allez vous heurter à l’équivalent de trois mois de dommages à votre arrivée, prévient M. Mckone.

De tels délais occasionnent des problèmes persistants de pourriture, de moisissure et de détérioration. On se retrouve ainsi dans une situation bien pire que si le dégât d’eau avait été géré sur-le-champ. » 

Pour prévenir les dégâts d’eau causés par un système de plomberie défectueux, il est recommandé de couper la conduite d’eau principale avant de fermer votre chalet pour la saison, ou même lorsque vous ne l’occuperez pas pendant quelques semaines.

Vous pouvez minimiser les risques de dommages résultant d’infiltrations d’eau de l’extérieur en vous assurant que votre chalet fait l’objet d’un entretien régulier. Il faut notamment s’assurer que la toiture est en bon état, que l’eau est acheminée à l’opposé de la fondation et que les tuyaux de descente et les gouttières sont bien alignés et exempts de débris.

Le vent

Les tempêtes de vent sont à l’origine d’un très grand nombre de réclamations pour dommages à des chalets, surtout dans le sud-ouest de l’Alberta, une région sujette aux vents extrêmes.

Comme l’affirme M. Mckone : « Les dommages causés par le vent touchent davantage les chalets que les habitations standard, car ils sont souvent situés dans des secteurs fortement boisés. Beaucoup d’arbres sont déracinés pendant une tempête de vent. » 

Parmi les autres dégâts, citons les bardeaux arrachés des toitures et les objets projetés dans les cabanes et les dépendances.

Selon M. Mckone, il est impossible de prévenir tous les types de dommages causés par le vent, mais des mesures peuvent être prises pour limiter les dégâts. « Il est particulièrement important de savoir quand votre toiture a atteint ou approche la fin de sa durée de vie. Les bardeaux d’asphalte perdent graduellement de leur résistance et de leur intégrité, et il faut moins qu’une forte tempête de vent pour les arracher ou les soulever. Vous pouvez prévenir cela en procédant au remplacement de votre toiture vieillissante. »

Il est fréquent que les propriétaires de chalets situés dans des régions particulièrement venteuses investissent dans des produits et des techniques d’installation à l’épreuve du vent ou recouvrent leur toiture de matériaux plus lourds que les bardeaux d’asphalte, comme les tuiles ou le caoutchouc.

Un moyen simple de prévenir les dommages autour de votre propriété est d’éviter de laisser des meubles et des objets non fixés qui pourraient être soulevés et projetés par le vent un peu partout dans la cour.

Le vol

Vous croyez être à l’abri des risques de vol à l’extérieur des centres urbains? Ce n’est pas vraiment le cas, comme le précise M. Mckone.

« Lorsque des voleurs s’en prennent à un chalet, ils ne craignent pas le retour immédiat des propriétaires, contrairement à une résidence principale. Ils peuvent guetter les lieux pendant un certain temps, et s’ils ne voient personne arriver et repartir, ils savent qu’ils pourront prendre leur temps. On n’a pas affaire à un vol avec effraction suivi d’une fuite précipitée.

Dans le cas de certaines réclamations, les voleurs ont pris le temps de passer tout le contenu au peigne fin, allant même jusqu’à revenir sur les lieux plusieurs fois tellement ils étaient peu inquiets de voir quelqu’un retontir. »

Le meilleur moyen de prévenir le vol est d’éviter de laisser des biens de valeur comme des bijoux, des appareils électroniques et d’autres articles coûteux au chalet. Ce conseil vise aussi les véhicules récréatifs. « Ne laissez aucun engin attrayant, comme un VTT ou une moto, à la vue de tous dans votre cour. Il est facile de les soulever et de s’en emparer », suggère M. Mckone.

Les dispositifs de sécurité tels que les détecteurs de mouvement, les alarmes et les minuteries d’éclairage sont utiles, mais ils ne rendront pas votre chalet entièrement impénétrable. « Ils compliquent juste un peu plus la tâche aux voleurs, qui savent qu’il faut généralement beaucoup de temps aux autorités policières pour se rendre à un chalet au milieu de nulle part. La meilleure façon de prévenir le vol est de ne laisser traîner aucun objet de valeur. »

Le poids de la neige

Au cours d’un hiver où les chutes de neige sont particulièrement abondantes, les propriétaires sont souvent appelés à déblayer une épaisse accumulation de neige pour protéger le toit de leur maison et de leur garage.

« Les chalets sont souvent hors de la vue et de l’esprit, mais ça ne les rend pas moins sujets aux effondrements en raison du poids de la neige. Ce type de sinistre arrive plus souvent qu’on ne le pense à la campagne », affirme M. Mckone.

À titre préventif, il est recommandé de veiller à ce que la neige soit enlevée après de grosses chutes de neige pour éviter qu’elle ne s’accumule.

« Deux ou trois déneigements pendant la saison hivernale peuvent empêcher une surcharge de la structure, surtout lorsqu’il s’agit d’une petite dépendance. »

La prise de mesures supplémentaires pour prévenir la survenance de problèmes courants à votre chalet est la meilleure façon d’éviter les dommages en toute saison. Une autre façon de réduire le stress est de disposer de la bonne couverture d’assurance. Renseignez-vous au sujet de l’assurance PassionChalet d’Aviva, un produit expressément conçu en fonction des réalités des propriétaires de chalets.

Le contenu de cet article est fourni uniquement à titre d’information. Les produits d’assurance décrits sont assujettis aux dispositions, conditions, restrictions et exclusions figurant dans le libellé de nos polices d’assurance. Communiquez avec votre courtier d’assurance Aviva pour en savoir plus, y compris si ces produits d’assurance sont offerts ou non dans votre province ou territoire. Les produits d’assurance sont souscrits auprès d’assureurs du groupe de compagnies d’assurance d’Aviva Canada, lesquelles sont des filiales d’Aviva Canada Inc. Aviva et le logo d’Aviva sont des marques de commerce utilisées sous licence par le titulaire de licence.